• Chapitre 5 : Le début de la fin ?

    Depuis la dernière soirée, je n’ai plus jamais eu de nouvelles de Paul. Je ne comprends pas son attitude, je n’appartiens à personne et je ne lui ai jamais dit que j’étais intéressée par lui, ni par Jérôme.  Je n’ai pas répondu à son message, je n’ai pas à me justifier. 

    D’ailleurs, Jérôme est très gentil on se parle assez régulièrement,  je suis pressée qu’il donne son avis sur mon travail il à l’air d’être un connaisseur. 

     

    En parlant du loup !

     

    Je ne m’attendais pas à une visite, il faut vite que je me change.

     

    _ Coucou, c’était ouvert je me suis permis.

     

    _ Oui j’ai laissé ouvert exprès. Comment tu vas ?

     

    _ Je vais bien. Je n’ai pas pu passer avant, tu sais le boulot tout ça…

    _ Ne t’inquiète pas, j’étais assez débordée aussi. J’ai eu beaucoup de clients !

     

    _ Tu es sublime, tu t’es habillé comme ça pour moi ?

     

    _ Non pas du tout, j’étais comme ça toute la journée.

    _ Je comprends pourquoi, tu as autant de clients. C’est pas tout les jours qu’on à une belle femme qui nous peint des tableaux !

     

    _ Oh arrête n’importe quoi !

     

    _ Tu vas devoir m’excuser, mais je ne suis pas uniquement venu pour t’admirer, je pourrais voir tes œuvres d’art ? T’en à encore en stock j’espère ?

     

    _ Oh oui, j’ai tout préparé pour demain, suis moi !

     

    Je ne sais pas pourquoi, j’ai un peut le traque. C’est la première fois que je montre mon travail à quelqu’un qui s’y connais. Il faut dire vrai, mes clients actuels ne savent pas apprécier les tableaux comme il se doit. Chaque tableau est un bout de moi et de très rares personnes arrivent à analyser ce que j’ai voulu faire. Il fréquente les musées et galeries il doit avoir un avis strict et ne dois pas mâcher ces mots.

    _ Voyons voir ce que tu nous as pondu …

     

    _ Alors tu vois ici, ce n’est qu’un échantillon de tout ce que j’ai fais jusqu'aujourd’hui comme tu peux l’imaginer, je garde toujours les originaux, histoire de m’en souvenir et de voir mon évolution. On va commencer par celui de gauche ….

     

     

    J’ai décrit chaque tableau, comme si c’était un trésor ou même un être humain. Chaque détail, l’état d’esprit dans lequel je me trouvais et ce que j’ai voulu transmettre.

     

    Il m’écoutait et ne me coupais pas la parole, je n’osais pas le regarder et lui, fixais mes tableaux. J’adore, il à des étoiles plein les yeux, comme moi, quand j’ai vu un tableau pour la première fois.

     

    _ … Et tu vois celui là j’ai voulu faire un jeu de couleurs, tout simple. Vu que mes clients utilisent les tableaux pour la déco, j’en fait toujours un  de ce style, ça part comme des petits pains.

     

    _ Alors, tu penses quoi des tableaux que j’ai préparé pour demain ?

     

    _ Tu veux que je sois honnête ?

     

     

    _ Tu es douée et des idées plein la tête. Je dirais même plus, certains artistes font moins bien que toi. Beaucoup peignent pour l’argent et n’ont plus le goût ni la passion et ça se ressent. Tes tableaux te ressemblent et j’aime ça.

     

     

    Je suis trop contente, j’ai envie de le prendre dans mes bras…  mais en même temps ma timidité et le manque d’expérience ont pris le dessus et je me suis contenté de sourire !

     

    _ On s’assoit un peut ?

     

    _ Si tu veux, tu as un beau terrain. Dommage que tu y vives seule.

     

    _ C’est mieux comme ça et puis mon père ne le permettrait jamais.

    _ Tu es grande non ? Tu peux inviter qui tu veux, ici.

     

    _ C’est pas si simple… La maison est à lui, il finance mon projet, achète mon matériel. Je lui dois tout.

    _ Alors deviens vite une célèbre peintre pour que tu puisses faire enfin ce que tu veux.

    _ Crois moi, c’est mon rêve. Mais apparemment, je n’ai pas le talent qu’il faut pour ouvrir une galerie à mon nom. Je vends mes tableaux à des gens qui n’y connaissent rien pour la plupart, en attendant de devenir meilleure et que quelqu’un me remarque.

     

     

    _ J’admire les gens comme toi, qui se battent pour leurs rêves. Je vois pleins de jeunes  jouer de la guitare dans les parcs, des écrivains qui envoient leurs manuscrits pratiquement tout les jours . Vous n’abandonnez jamais c’est incroyable.

    _ C’est pas facile c’est vrai. J’aurais pu reprendre l’entreprise de mon père, mais je ne veux pas de ça pour moi. Je veux être entourée de tableaux, peindre toute la journée et rencontrer des passionnés.

    _ On peut dire que tu es servie, je me considère un passionné, je n’ai juste pas de talent ni le courage pour me lancer. Je trouve que c’est très courageux, les tableaux sont assez personnels tu transmets à des inconnus des bouts de toi, c’est très intime et je ne sais pas si je pourrais me dévoiler.

     

    _ Oui c’est un peut ça. Je me sers de mes émotions pour peindre, je veux que les gens ressentent ça.

     

    _ Je peux te dire, que tu y arrives très bien, il doit y avoir beaucoup de concurrence, tu dois trouver le plus qui pourrais te différencier des autres et faire en sorte qu’une galerie accepte de faire affaire avec toi.

    _ J’y arriverais, j’y suis presque. Merci pour tes conseils Jérôme.

     

    _ De rien, je veux juste que tu ais ce que tu mérites.

     

     

    _ Il se fait tard ! Je peux te demander à ce qu’on se revois un autre jour ? Dans un autre endroit que chez toi ? Je ne veux pas que les gens se fassent de fausses idées sur  toi. C’est pas le moment de te faire une mauvaise pub.

     

    _ Oui mais on ne va pas danser, promet le moi ! Et c’est moi qui paye un verre.

     

    _ C’est promis, quand tu voudras sortir, tu n’as qu’à m’envoyer un sms et je viendrais.

     

     

    Je n’ai pas fréquenté beaucoup de garçons, mais j’ai entendu parler de  ce moment gênant ou personne ne sais pas vraiment quoi dire et faire … Nous y voilà !

     

    _ J’aime vraiment apprendre à te connaître Clara, tu es une personne que j’admire beaucoup. On s’écris depuis plusieurs jours et j’aime autant apprendre de nouvelles choses de toi. Jai hâte d’en découvrir plus une prochaine fois.

     

    _ Bonne nuit celle-qui-s’est-habillé-toute-la-journée-comme-ça !

     

    _ Hahaha , bon d’accord j’ai menti. Bonne nuit Jérôme .

     

     

    T’es mignonne mais, moi j’ai pas papa qui paye mes factures et qui rempli mon frigo.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :